Bourse de Toronto

Qu'est-ce que la Bourse de Toronto?

La Bourse de Toronto (Toronto Stock Exchange, en anglais, abrégé en TSX ou précédemment en TSE) est le plus grand marché boursier du Canada, le deuxième en importance en Amérique du Nord après les États-Unis et le neuvième au monde en capitalisation boursière.

Basé à Toronto, c'est la division du Groupe TMX pour les échanges d'actions. Un large éventail d'entreprises du Canada, des États-Unis et d'autres pays y est représenté. Outre les titres classiques, le marché opère divers fonds négociés en bourse, des fiducies de revenu et des fonds d'investissement. Des bureaux du TSX sont établis à Montréal, Vancouver, Calgary et Winnipeg.

La Bourse de Toronto (TSX) est l'une des bourses les plus anciennes et les plus importantes d'Amérique du Nord. Avant tout, une bourse fait office de lieu de rassemblement pour ceux qui cherchent de l'investissement pour leur entreprise et ceux qui sont prêts à fournir un tel investissement. Les certificats d'actions donnent une preuve d'un tel investissement et sont vendus au plus offrant, ce qui donne lieu à un échange au cours duquel le certificat d'actions ou quelque autre preuve de la transaction est échangé contre les fonds à investir.

La Bourse de Toronto est la principale bourse au Canada.

En principe, le commerce des valeurs, comme les actions, est réglementé à l'échelon provincial et, jusqu'à la fin des années 90, certaines provinces exploitaient leur propre bourse.

En 1999, la Bourse de Toronto est désignée comme la seule bourse destinée au commerce des valeurs de premier rang puisque la Bourse de Montréal, faisant affaire sous le nom de « Canadian Derivatives Exchange », devient responsable du commerce des produits dérivés (contrats standardisés, options, contrats à terme) et que les Bourses de Vancouver, de l'Alberta et de Winnipeg fusionnent pour offrir un environnement commercial destiné aux titres de rang inférieur (capital de risque, capital de démarrage) sous la bannière de Canadian Venture Exchange (CDNX).

À la fin de 2003, la Bourse de Toronto accueille 1340 entreprises représentant une capitalisation boursière totale (nombre d'actions en circulation multiplié par le cours de l'action) de quelque 1,3 billion de dollars. Au cours de son existence, elle a tenu le devant de scène pour aider à réinventer les affaires commerciales dans le monde entier.

Quelques définitions financières

Le jargon financier peut parfois (souvent) être très complexe, nous avons donc créé un glossaire financier. Voici la définition claire et simple des termes financiers.

Investissement par emprunt

L'investissement par emprunt, ou achat sur marge, consiste à emprunter de l'argent pour acheter des actions, des obligations ou d'autres investissements.

L'investissement par emprunt amplifie les gains potentiels par effet de levier, mais aussi les pertes potentielles.

L'achat sur marge augmente donc le risque et devrait être envisagé avec prudence par les investisseurs.

Arbitrage

L'arbitrage peut avoir deux définitions dans un contexte financier.

L'arbitrage est une opération qui consiste à acheter un bien à un prix avantageux et à le revendre simultanément à un prix supérieur. Lorsque l'opération est bien réalisée, l'investisseur fait un profit immédiat sans courir de risque important.

L'arbitrage est aussi une façon de régler un conflit sans passer par les tribunaux.

Prospectus simplifié

Un prospectus simplifié est un prospectus qui réunit toutes les exigences légales requises ainsi que l'information à laquelle l'investisseur a droit, mais sous forme abrégée.

Commission de suivi

La commission de suivi est une commission prélevée sur les frais de gestion d'un fonds commun de placement. Elle est calculée en fonction de la valeur du placement. Elle couvre les services et les conseils que le représentant fournit aux investisseurs qui possèdent des parts.

assurance vie
Découvrez votre besoin d'assurance vie
Découvrir mon besoin